Des soirées toujours plus branchées

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Concerts “augmentés”, expériences virtuelles, démocratisation du DJing, soirées immortalisées par appareils connectés… Plus que jamais aujourd’hui, la technologie révolutionne la nuit.  Soirées techno puissance 10 Les artistes technophiles sont bien évidemment les fers de lance du mouvement. Amon Tobin, le producteur électro expérimental, a fait fabriquer une structure composée de cubes à l’intérieur de laquelle il pilote sa performance live. Sur la surface extérieure de la structure sont projetés formes, couleurs et films qui la déforment et la transforment, transportant le public ébahi en même temps que la musique. Cet époustouflant procédé de projection multi-surfaces s’appelle le “projection mapping” et se répand actuellement en France, pour le plus grand bonheur de nos yeux ! Mais il y a mieux encore : les performances vidéoludiques. Le musicien techno-soul Jamie Lidell a franchi une nouvelle étape mi-juin, lors d’un showcase pour l’agence de pub Saatchi & Saatchi à Cannes. Trois Kinect – les caméras avec détecteur de mouvement de la Xbox – avaient été installées en fond de scène, pour projeter son avatar et des formes de vagues graphiques sur un grand écran derrière lui. Ces projections suivant ses moindres gestes, l’artiste a pu maîtriser en même temps chaque aspect – sonore, visuel et chorégraphique – de sa performance. Hallucinant, et à regarder impérativement sur www. youtube.com/nds. Cette tendance semble vouée à se démultiplier depuis l’ouverture du Kinect par Microsoft à tout bidouilleur souhaitant créer des applications pour la caméra magique. Le même Kinect permet des expériences hors du commun avec “Child of Eden” (Xbox, environ 50 euros, Ubisoft), un jeu que l’on verrait bien installé dans une boîte de nuit, pour faire rêver les clubbers. En bougeant ses mains devant sa télé, on “purifie” des mondes psychédéliques d’une époustouflante beauté abstraite. Un voyage hypnotique mais – hélas – trop difficile pour le commun des mortels… Moins spectaculaire mais tout aussi curieux : les concerts silencieux ! Venu d’outre-Manche, le concept consiste à mettre un casque audio – sans fil, évidemment – une fois arrivé en boîte, afin d’écouter le set du DJ ou la performance du groupe programmé. A Grenoble, on prétend avoir déjà organisé la plus grande soirée de ce genre en France, avec 8 000 casques disponibles. A Paris, Sony a récemment fait jouer des artistes aussi pointus que The Dø, The Bewitched Hands et Cosmo Vitelli lors d’un concert silencieux destiné à faire la démonstration de son nouveau casque ZX. Une tendance bizarre ? Certes, mais au moins les voisins ne pourront plus se plaindre du bruit ! Les DJ’s DIY Il est aujourd’hui plus facile que jamais de mixer ses titres préférés dans l’espoir d’épater ses potes en soirée. L’application Tap DJ (0,79 euros, iPhone) est l’une des façons les plus simples de le faire : on branche son téléphone sur une chaîne hi-fi et on mixe les morceaux de sa collection. Ceux qui souhaitent une expérience un poil plus sérieuse se tourneront plutôt vers le DJ Cable de Griffin (environ 20 euros). Branché sur son iPhone, iPad ou iPod Touch préalablement équipé de l’app “Djay” (0,79 euros sur iPhone), il donne la possibilité d’écouter le prochain morceau que l’on compte passer, avant de l’insérer dans son mix. Fonctionnalité essentielle pour tout DJ qui se respecte… Enfin, les presque pros pourront essayer le DJ4Set de Hercules (environ 250 euros) : une console de DJ que l’on branche sur son ordi et sur sa chaîne hi-fi pour mixer comme un vrai as des platines. A condition de s’appliquer : maîtriser la bête n’est pas chose aisée. Le musicien Jamie Lidell devant des projections graphiques lors de son showcase pour Saatchi & Saatchi, en juin dernier à Cannes. Concerts “augmentés”, expériences virtuelles, démocratisation du DJing, soirées immortalisées par appareils connectés… Plus que jamais aujourd’hui, la technologie révolutionne la nuit. Marquer sa soirée Les smartphones ont remplacé les briquets dans les concerts depuis belle lurette, mais ne servent pas seulement à immortaliser nos soirées. Le DJ et producteur Richie Hawtin, l’un des artistes les plus branchés technologie qui soit, propose une nouvelle utilisation originale avec l’application mobile SYNK. Créée pour sa dernière tournée sous le nom de Plastikman, elle permet au public d’envoyer depuis son portable des mots sur des écrans géants et de les manipuler. La performance des spectateurs rejoint ainsi celle de l’artiste. Ceci dit, smartphones aidant, notre besoin de laisser des traces de nos soirées ne risque pas de se calmer. Pour certains d’entre nous, il faut tout partager le plus rapidement possible. C’est l’idée qui se cache derrière le HTC ChaCha (environ 280 euros sans abonnement), le premier smartphone disponible en France à être équipe d’une touche Facebook. Cette dernière ouvre directement une fenêtre de mise à jour de son statut, et s’allume dès qu’il est possible de partager tout autre contenu sur “le” réseau social, y compris des chansons ou des vidéos en ligne. Enfin, pour obtenir les meilleures images possibles de sa soirée sans s’encombrer d’un gros reflex, Sony vient de sortir un nouvel appareil photo dans sa gammes NEX, le modèle NEX-C3 (à partir de 580 euros). Le boîtier compact, qui ne pèse que 225 grammes, est hautement customisable grâce à une sélection d’objectifs (qui peuvent être utiles, puisqu’il n’y a pas de zoom par défaut), un flash pour les photos nocturnes, ou encore un microphone pour filmer en HD sans perdre le moindre détail sonore. Le résultat en images, qu’il soit en vidéo ou en photo, est toujours épatant.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »